Le gynécologue obstétricien est un médecin doublement spécialisé. En gynécologie, d’une part, qui est une spécialité médicale consacrée à l’étude de l’organisme de la femme et de son appareil génital, du point de vue physiologique et pathologique. En obstétrique, d’autre part, qui regroupe la prise en charge de la grossesse, de l’accouchement et des suites de couches.

Le métier

Le gynécologue est le professionnel de santé qui suit la patiente tout au long de sa vie.

  • Dans le cadre de la gynécologie médicale, ce médecin peut être amené à aborder des problématiques liées à la stérilité, à la ménopause, à la contraception.
  • Lors d’un suivi de grossesse, il évalue le bon déroulement de la grossesse tant pour la patiente que pour le fœtus. Ainsi, il réalise des échographies de contrôle, prescrit des examens, conseille et oriente la future mère.
  • S’il fait partie des gynécologues obstétriciens rattachés à un service de maternité, le praticien peut également avoir à intervenir lorsqu’un accouchement se complique. Le service de garde et les astreintes sont souvent contraignants, notamment en raison de son impact sur la vie familiale. Aussi, la majorité des gynécologues obstétriciens se tourne, après plusieurs années en clinique ou à l’hôpital, vers la consultation en cabinet libéral. Une fois installé en libéral, le praticien se restreint bien souvent aux consultations.
    Enfin, un gynécologue obstétricien peut également se former à la gynécologie chirurgicale et cancérologique.

Qualités requises

Ce métier nécessite :

  • Sens de l’écoute, compréhension des patientes : le praticien doit conseiller et apporter la réponse thérapeutique la plus adaptée à chaque patiente.
  • Grande capacité d’adaptation et une certaine diplomatie : annoncer une bonne nouvelle est souvent plus agréable que d’expliquer des complications. Savoir gérer les situations de crise et être capable de gérer le stress est important, notamment lorsqu’il faut agir vite et calmement lorsqu’un accouchement se complique
  • Curiosité et réactivité : en chirurgie, par exemple, les moyens techniques évoluent très vite. Il est donc nécessaire de se tenir constamment informé des nouveautés, de se former.
  • Tact, précision et délicatesse : le gynécologue exerce un métier qui relève du domaine de l’intime.

Études – Formations

  • Diplôme d’Etat de médecin gynécologue obstétricien : 10 ans d’études après le baccalauréat (dont 4 années en lien avec la spécialisation choisie) sont nécessaires.

Le baccalauréat scientifique est fortement conseillé pour la poursuite d’études en médecine.

Rémunération

Dans le métier, les écarts de salaires sont considérables, de 3 000 euros à 14 000 euros bruts par mois, avec une moyenne autour de 7 800 euros bruts par mois.

Liens utiles