Fatigue visuelle, strabisme, troubles de la vue, tous ces maux sont pris en charge par l’orthoptiste. Par divers exercices, il soulage le patient des gênes ressenties.

Le métier

Le patient lui est adressé le plus souvent par l’ophtalmologiste ou par d’autres médecins (ORL, neurologue…). Outre la prise en charge de strabisme, amblyopie etc., l’orthoptiste peut être consulté après un accident cérébral, une intervention chirurgicale, ou par des patients malvoyants.
L’orthoptiste intervient dans le dépistage, la rééducation, la réadaptation et l’exploration fonctionnelle des troubles de la vision.

 

Ce métier consiste à :

  • Effectuer des bilans pour évaluer les capacités visuelles.
  • Évaluer à l’aide d’appareils de mesure les troubles de la vision (myopie, astigmatisme, hypermétropie).
  • Réaliser des examens d’épaisseur de la cornée, de mesure de la pression de l’œil, des radios, des fonds d’œil.
  • Proposer des exercices pour faire travailler les yeux et rééduquer le défaut.
  • Rédiger des comptes-rendus à l’attention du prescripteur des actes (ophtalmologiste, médecin).

À noter : 90 % des orthoptistes exercent en mode libéral mais peuvent travailler aussi en tant que salarié (hôpital, centre de soins privé, centre de rééducation et de soins…). La profession est majoritairement féminine.

Qualités requises

Ce métier nécessite :

  • Qualités relationnelles et sens pédagogique : l’efficacité des séances de rééducation dépend en effet de la pédagogie de l’orthoptiste et de sa capacité à établir une relation de confiance avec le patient.
  • Patience : les séances d’orthoptie se déroulent sur plusieurs semaines voire plusieurs mois. Il doit donc gérer la lassitude de ses patients et réussir à les faire travailler à chaque séance.
  • Capacité d’adaptation : l’orthoptiste travaille auprès d’adultes et d’enfants. De fait, il se doit d’être pédagogue en adaptant exercices et consignes au patient qu’il reçoit.

Études – Formations

  • Certificat de capacité d’orthoptiste : formation de 3 ans accessible aux titulaires du baccalauréat (le baccalauréat Scientifique étant le plus adapté) après réussite au concours d’entrée.

Rémunération

En libéral, les revenus mensuels dépendent de la patientèle et varient de 2 500 euros bruts par mois à 4 500 euros bruts par mois.
En tant que salarié, le salaire d’un débutant est de 1 600 euros bruts par mois pour aller jusqu’à 3 000 euros bruts par mois environ.

Liens utiles