Cors, durillons et œil-de-perdrix sont pris en charge par le savoir-faire du pédicure-podologue. Un pro du bistouri qui s’occupe des pieds mais pas seulement : dos, hanches, genoux, peuvent être indirectement concernés par ses soins.

Le métier

Tout un chacun peut consulter un pédicure-podologue, quel que soit son âge. Le pédicure-podologue fait partie de ces praticiens qui reçoivent leurs patients sans que ceux-ci n’aient d’ordonnance médicale. Il examine son patient pour établir un diagnostic et le soigne, ce qui nécessite parfois la confection de semelles orthopédiques.
En somme, le métier consiste à :

  • Traiter et soulager la peau et/ou les ongles du pied (mycoses, ongles incarnés, etc.).
  • Conseiller les patients quant aux soins à réaliser à l’issue de la consultation. Parfois il peut aussi s’agir d’orienter le patient vers un médecin, un phlébologue, un radiologue… afin de traiter des problèmes circulatoires, une fracture (le pied compte 26 os !) ou autre tendinite.
  • Participer à la rééducation fonctionnelle des personnes opérées.
  • Établir les moulures nécessaires à la réalisation d’appareils de correction ou de protection. Les semelles orthopédiques viendront ainsi corriger défaut ou malformation (par exemple : pied plat, mal de dos, pied « en dedans », problème de genou).

Certains pédicures-podologues exercent à l’hôpital. Mais la majorité travaille en libéral, parfois au sein de cabinets regroupant d’autres spécialistes, comme des kinésithérapeutes, des infirmiers ou des rhumatologues.
Après plusieurs années d’exercice, un pédicure-podologue peut se spécialiser en rhumatologie, en traumatologie ou en appareillage.

Qualités requises

Ce métier nécessite :

  • Minutie et doigté : les soins réalisés requièrent une certaine habileté manuelle. Professionnel aux gestes précis, le pédicure-podologue doit faire preuve de délicatesse.
  • Empathie : comme pour de nombreuses professions de santé, celle de pédicure-podologue intègre une dimension humaine impliquant tact dans l’échange et sens de l’écoute.
  • Adaptabilité : les horaires des cabinets prennent en compte la disponibilité des patients. Ce qui implique une certaine amplitude horaire à prévoir. De plus, le pédicure-podologue peut être amené à exercer au domicile des patients s’ils ne peuvent se déplacer.

Études – Formations

Un seul cursus de formation existe :

  • DE (Diplôme d’État) Pédicure-Podologue : 3 ans d’études après le baccalauréat. Accès sur concours ou après la Première Année Commune aux Etudes de Santé (PACES).

Rémunération

En moyenne, à l’hôpital, le salaire d’un pédicure-podologue débutant est de 1500 euros bruts par mois.
En libéral, la rémunération d’un pédicure-podologue débutant peut être de 2000 euros bruts par mois.

Liens utiles