La rédaction d’un business plan constitue un passage obligé pour tout créateur d’entreprise. Mais à quoi peut bien servir ce document si capital ? Voici un rapide guide pour vous éclairer !

Pour quoi et pour qui ?

Le business plan va expliquer ce que vous souhaitez réaliser, les différentes échéances cruciales et surtout souligner le fait que votre projet est financièrement viable. En d’autres termes, c’est la déclinaison de votre projet en termes d’objectifs, de moyens (humains et financiers) et de résultats.
Ce document vous sera demandé dans toutes les démarches que vous effectuerez pour solliciter des financements (prêts bancaires, investissements, garanties, aides gouvernementales…). En effet, il sera utile pour :

  • Vous-même / pour optimiser : pour vous guider dans vos différentes tâches de futur manager mais aussi pour savoir où vous en êtes et ce que vous devez faire. L’objectif du business plan est ici d’être un outil d’aide à la décision et d’optimisation de vos futurs choix.
  • Votre banquier / pour rassurer : pour montrer le sérieux de votre projet et sa solidité financière notamment en ce qui concerne le chiffre d’affaires prévisionnel, l’utilisation du capital de départ et surtout votre capacité de remboursement.
  • Les investisseurs potentiels / pour convaincre : pour appuyer toute levée de fonds que vous souhaiteriez faire. L’accent devra être mis sur la description de votre projet et son expansion / évolution.

Les éléments incontournables

La rédaction d’un business-plan ne s’improvise pas. Elle répond à une structure bien établie et logique et si votre business plan est correctement construit, il deviendra alors votre meilleur allié. Vous avez une vingtaine de pages pour « convaincre » donc à vous de jouer !

  • Votre entreprise : son histoire, son statut juridique, sa structure interne (collaborateurs, localisation, conseil d’administration, actionnaires…), sa concurrence directe ou indirecte.
  • Votre offre : présentation du produit et/ou service, votre grille tarifaire, sa place vis-à-vis de la concurrence, évaluation du chiffre d’affaires, évolution en termes de parts de marché, stratégie marketing, politique de communication.
  • Votre projet : état d’avancement, réalisations effectuées à ce jour, difficultés et succès dans la mise en œuvre, planning de mise en place, ressources humaines et coûts associés…
  • Données financières : plan de financement sur 3 ans, compte et résultats provisionnels sur 3 ans, seuil de rentabilité, plan de trésorerie.
  • La conclusion : les points forts de votre offre, les opportunités à saisir.

Les erreurs à éviter

Le business plan étant un élément essentiel dans la création d’une entreprise, faites attention à ne pas commettre d’impairs. C’est votre carte de visite et il doit séduire et non repousser !

  • Les fautes d’orthographe : attention l’erreur est impardonnable ! Un document bourré de fautes d’orthographe jettera un doute sur le sérieux de la future entreprise. On peut comparer le business plan de votre entreprise à votre propre CV.
  • Trop d’informations : 20 à 25 pages ! Cela devrait être largement suffisant sinon cela veut dire que vous entrez trop dans les détails et même si l’effort est appréciable, il risque d’être perçu comme contre-productif.
  • Trop technique : Il ne s’agit pas de faire la démonstration de votre savoir-faire technique. Expliquez juste en quoi votre solution et/ou service peut réussir. Vous expliquerez les détails oralement lors de vos différents entretiens.
  • Trop littéraire : soyez concis, synthétique. Inutile de vous perdre dans une argumentation trop longue qui risquerait de perdre également le lecteur ! Apportez des éléments concrets et évitez de « noyer le poisson ».
  • L’impersonnalité : le business plan peut être à destination de plusieurs interlocuteurs qui cherchent des informations différentes. À vous d’adapter votre business plan pour les séduire au mieux !