Au sein d’une étude notariale, le clerc de notaire est en charge de la constitution de contrats juridiques, qui seront ensuite authentifiés par le notaire. Un métier qui convient bien aux personnes rigoureuses, ayant le sens du contact et avides de mettre leur expertise juridique au service d’autrui.

Le métier

Vente et achat d’un bien immobilier, mariage, succession, autant de sujets qui amènent les clients à consulter une étude notariale. Ils sont alors reçus par le clerc de notaire. En collaboration avec le notaire, le clerc constitue et suit les dossiers jusqu’à présentation de ceux-ci pour signature.

Ses missions consistent à :

  • Conseiller les clients : l’expertise juridique du clerc de notaire lui permet de répondre aux diverses situations évoquées par les clients. Il est fréquent qu’une étude notariale se spécialise sur des domaines juridiques précis (droit de la famille ou droit immobilier, par exemple).
  • Préparer des actes notariés (testament, contrat de mariage, création ou fermeture d’entreprise, mise sous tutelle…) : cela implique de rechercher et de rassembler les pièces administratives nécessaires.
  • Effectuer les recherches documentaires inhérentes aux dossiers, les transmettre à qui de droit ou les analyser dans le cadre des dossiers concernés.
  • Rédiger les actes en assurant leur conformité juridique.
  • Soumettre les projets au notaire avant signature et authentification par ce-dernier.
  • Organiser les rendez-vous de signature.

Avec quelques années d’expérience, le clerc de notaire peut prendre davantage de responsabilités et devenir 1er clerc. Son ambition peut également l’amener à suivre la formation de notaire et à avoir sa propre étude notariale.

Qualités requises

  • Rigueur et conscience professionnelle : règles juridiques et délais sont des éléments à respecter impérativement. Comme tout métier juridique, être clerc de notaire implique de réaliser une veille et une mise à jour constante de ses connaissances.
  • Sens de l’analyse, esprit logique : de par la nature même de son métier, le clerc de notaire doit être en mesure de comprendre rapidement la situation exposée par le client et y répondre de façon juridiquement adaptée.
  • Réactivité et capacité à s’adapter à tout type d’interlocuteurs et de situation : là également, cela rejoint le cadre d’intervention de clerc de notaire, amené à travailler pour des problématiques variées.
  • Excellent sens relationnel, tact : le clerc de notaire doit faire preuve de qualités d’écoute, d’empathie, d’une approche neutre et diplomate visant à trouver une entente entre les parties (par exemple, en cas de divorce et séparation de biens, ou encore dans le cadre d’une succession entre nombreux héritiers…).
  • Discrétion et respect de la confidentialité : il s’agit de dossiers portant notamment sur le patrimoine financier et/ou immobilier du client, ou tout du moins touchant à sa vie privée. Le clerc de notaire est soumis au secret professionnel.
  • Capacité à travailler en équipe : bien qu’autonome et travaillant souvent dans une structure relativement petite, le clerc de notaire travaille en collaboration avec les membres de l’étude notariale mais aussi avec de nombreux collaborateurs extérieurs (banque, chambre de commerce, agents immobiliers…).
  • Disponibilité : selon les dossiers, il peut arriver que les journées de travail soient particulièrement longues, afin de finaliser ces-derniers dans les délais impartis.

Formation

3 possibilités existent pour accéder au poste de clerc de notaire :

  • BTS Notariat(BAC+2)
  • Licence Pro (BAC+3) : par exemple, Licence Pro métiers du notariat ou Licence Pro Activités juridiques spécialité métiers du notariat
  • DIMN (BAC+4)– Diplôme de l’Institut des Métiers du Notariat

Rémunération

Un clerc de notaire débutant peut percevoir un salaire brut mensuel de 1800 €. Toutefois, cela peut dépendre du cursus suivi ainsi que de la taille de l’étude notariale.

Liens utiles