Depuis plusieurs années, la lutte contre le décrochage scolaire est devenue une priorité pour l’Education Nationale.
L’objectif est d’intervenir le plus tôt possible et de personnaliser au maximum le soutien aux élèves en difficulté.
Pour cela, une Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire a été créée, avec pour objectif de réduire le nombre de sorties d’élèves sans diplôme, grâce à des actions de prévention. Ainsi, il s’agit de prendre en charge les élèves décrocheurs pour leur proposer une préscolarisation ou une qualification en vue d’une insertion professionnelle durable.
On distingue deux principaux types d’intervention :

Si vous êtes encore scolarisé et rencontrez des difficultés scolaires :

Dans ce cas, nous vous conseillons de vous rapprocher de l’équipe éducative, qui pourra vous proposer plusieurs types de prestations.

L’accompagnement personnalisé

Il est prévu, pour tous les élèves qui le souhaitent, un accompagnement personnalisé de deux heures par semaine, afin de les aider à gagner en autonomie dans leur organisation et dans leurs apprentissages.

L’itinéraire personnalisé d’Accès à la Qualification (ITAQ)

Ce dispositif permet aux élèves en grande difficulté scolaire de bénéficier de plusieurs types d’aides (modules de soutien dans le domaine des enseignements généraux, art-thérapie, alternance tutorée, aide à la parentalité…).

Le dispositif « parcours aménagé de formation initiale »

Généralisé dans toutes les académies depuis la rentrée 2016, ce dispositif a pour but de permettre à un jeune en voie de décrochage scolaire de prendre du recul, en sortant temporairement de l’établissement pour effectuer un parcours combinant temps de formation et activités extra-scolaires (stage en entreprise, actions de type service civique…).
Le jeune conserve le statut scolaire durant toute la durée du parcours, qui peut aller de quelques semaines à une année maximum.

Les stages passerelles

L’objectif est d’aider un élève à changer d’orientation, plutôt que de persister dans une voie qui ne lui convient pas.
Pour cela, l’établissement lui propose un tutorat, réalisé par un enseignant, afin de lui permettre d’acquérir les contenus et méthodes spécifiques à la voie qu’il souhaite rejoindre.
Attention cependant, car cette possibilité concerne essentiellement les élèves de 1ère désirant quitter ou rejoindre la voie générale ou technologique. En effet les stages passerelles ne s’adressent que plus exceptionnellement aux élèves de 2nde et de terminale.

Si vous êtes sorti du système scolaire :

Il existe également de nombreux dispositifs pour vous aider.

Les plates-formes de suivi et d’appui aux jeunes décrocheurs

Cette organisation a été mise en place afin de coordonner les acteurs locaux de la formation, de l’orientation et de l’insertion des jeunes.
Cela concerne notamment les établissements scolaires, les Centres d’information et d’Orientation, les Bureaux d’Information Jeunesse, les Ecoles de la 2ème chance, les Etablissements Publics d’Insertion de la DEfense…), les Greta, les Centres de Formations d’Apprentis, les collectivités territoriales.
L’idée est donc d’utiliser au mieux toutes les ressources déjà existantes, de manière à assurer le meilleur maillage territorial possible.

Le réseau Formation Qualification Emploi (FoQualE)

Ces réseaux, présents sur tout le territoire national, visent à offrir des solutions adaptées de retour en formation aux jeunes décrocheurs.
A l’issue d’un entretien avec un (e) Conseiller (ère) d’Orientation Psychologue, une solution de retour en formation leur est proposée. Ils sont accompagnés par un tuteur de l’Éducation nationale tout au long de ce parcours de formation.

Le retour en Formation Initiale

Ce dispositif s’adresse à tous les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme ou qualification professionnelle.
Ce retour peut s’effectuer sous statut scolaire, sous contrat d’apprentissage ou de professionnalisation ou sous statut de stagiaire de la formation professionnelle.

Afin de faciliter le contact avec le public potentiellement intéressé par ce dispositif, un site Internet a été créé : http://reviensteformer.gouv.fr

En outre, ce site s’articule avec la plateforme http://masecondechance.onisep.fr et le numéro vert 0 800 12 25 00 afin de simplifier et démultiplier les possibilités d’accès pour les jeunes et les familles.

A cela s’ajoute une prime annuelle pour les boursiers décrocheurs, âgés de 16 à 18 ans, et qui s’engagent dans une formation professionnalisante.

Enfin, avec la création du compte personnel d’activité (CPA), tout jeune sorti sans diplôme du système éducatif peut désormais bénéficier d’un capital formation qui lui permet de se former gratuitement pour acquérir une qualification.

Les structures de formation pour les jeunes décrocheurs

On compte différentes structures permettant la reprise d’études :

  • Les écoles de la 2ème chance
  •  
    Destinées à des jeunes volontaires de 18 à moins de 26 ans sans diplôme ni qualification, elles proposent une formation d’une durée de 6 mois à 2 ans, alternant stages en entreprises et séquences individualisées de remise à niveau (français, mathématiques, culture générale, bureautique et savoir-être) dans l’objectif de les aider à intégrer le marché du travail ou à accéder à une formation qualifiante.

    Pour en savoir plus, voir le site du réseau des écoles de la 2ème chance :http://www.reseau-e2c.fr

  • Les micro-lycées
  •  
    Ils accueillent des jeunes motivés ayant quitté le lycée depuis au moins 6 moins afin de les aider à préparer en 1 ou 2 ans un baccalauréat général, technologique ou professionnel. Dans ce cadre, ils bénéficient d’horaires aménagés.

  • Les lycées de la nouvelle chance
  •  
    La particularité de ces établissements tient à leur mode de fonctionnement, comportant un accompagnement individualisé, de petits effectifs et des ateliers.
    Les Centres d’Information et d’Orientation pourront vous renseigner à ce sujet.

  • Les Etablissements Publics d’Insertion de la Défense (EPIDE)
  •  
    Sous tutelle du ministère de la Défense, ils accueillent des jeunes volontaires de 18 à moins de 26 ans, qui n’ont ni qualification ni emploi pour une durée de 8 à 10 mois. Les EPIDE sont également ouverts aux mineurs délinquants de 16 à 18 ans sur prescription de la justice.
    Les jeunes perçoivent une allocation et participent à une formation comportant remise à niveau scolaire, formation civique et comportementale et formation professionnelle en lien avec les entreprises locales, afin de favoriser une embauche à la fin de leur contrat d’insertion.

    Pour en savoir plus, voir le site des Etablissements Publics d’Insertion de la Défense : http://www.epide.fr

  • Le Service Militaire adapté en outre-mer
  •  
    Destiné aux jeunes d’outre-mer uniquement, ce dispositif concerne des personnes ou ou pas diplômées, de 18 à 26 ans.
    Ils bénéficient alors du statut militaire de volontaire des armées. Ils intègrent un internat et perçoivent une allocation. La formation dure de 6 mois à un an en fonction du niveau du jeune et vise avant tout l’insertion professionnelle.

    Pour en savoir plus, voir le site du Service Militaire Adapté : http://www.le-sma.com

  • Les lycées expérimentaux
  •  
    Ils sont destinés à des jeunes de plus de 15 ans volontaires en recherche d’une scolarité différente et propose une formation en vue d’obtenir l’un des 3 baccalauréats généraux.
    La pédagogie propose un parcours original, au sein d’une structure peu hiérarchisée, intégrant une cogestion de l’établissement par les élèves et l’équipe éducative.
    En plus des cours, ces lycées permettent de nombreuses expérimentations, des ateliers, des activités culturelles….
    Là aussi, nous vous conseillons de vous rapprocher des Centres d’Information et d’Orientation qui pourront vous renseigner à ce sujet.

  • Les lycées municipaux d’adultes de la ville de Paris

 
Ces structures sont dédiées aux adultes qui ont interrompu leur parcours scolaire, parfois depuis de nombreuses années, et qui souhaitent effectuer des remises à niveau en vue de passer un CAP, un bac L, S ou ES, un bac pro, un BTS, des concours administratifs ou encore s’améliorer sur un champ de compétences spécifiques (bureautique, informatique).
Pour en savoir plus, voir le site des lycées municipaux de la ville de Paris : http://www.lyceedadultes.fr