Créer sa propre entreprise est un projet que beaucoup de personnes voudraient concrétiser. Contrairement aux idées reçues, la création d’entreprise s’adresse à tout le monde : ouvriers, salariés en poste, demandeurs d’emploi, cadres… Mais attention, ce n’est pas une sinécure : en moyenne, 1 entreprise sur 3 ferme ses portes durant les 3 années qui suivent sa création.
Il est donc important de bien préparer son projet !

Clarifiez votre projet

Avoir l’envie de créer son entreprise n’est généralement pas ce qui pose le plus de souci. Mais il ne faut en aucun cas partir tête baissée sans savoir avec exactitude quel sera l’objectif de l’entreprise créée

  • Définissez de manière précise votre idée, votre concept (quel produit ou service ? Quelle clientèle viser ? Comment le vendre ? Existe-t-il des contraintes ? En quoi votre projet se distingue-t-il de la concurrence ?)
  • Recherchez un maximum d’informations sur ce que vous envisagez de proposer ou distribuer via votre entreprise.

Gardez en tête que vous devrez plus tard vendre votre concept avec des arguments concrets (vendre à vos clients finaux mais aussi savoir susciter l’intérêt des banques ou de futurs investisseurs).

Réalisez une étude de marché

Première étape primordiale et incontournable dans la création d’une entreprise : l’étude de marché.
Cette étape va vous permettre :

  • D’apprendre à connaître de façon plus approfondie votre secteur d’activité (mieux connaître les tendances et les acteurs de votre marché).
  • Définir votre cible (sexe, âge, zone géographique, culture…).
  • Définir votre produit ou service (qualité, gamme, prestations, grille tarifaire, politique de communication,…).
  • D’analyser la concurrence (implantation, grille tarifaire, fournisseurs,…) et surtout de définir la place de votre propre offre face à l’existant.
  • De budgéter les moyens nécessaires, les matériaux obligatoires et bien entendu l’apport initial pour commencer l’activité.
  • De faire des prévisions sur vos premiers mois d’activités.

Vous pouvez bien entendu vous faire aider pour rédiger votre étude de marché. Renseignez-vous auprès de l’APCE (l’Agence Pour la Création d’Entreprise), de Pôle Emploi ou d’organismes professionnels.

Élaborez votre dossier financier

Seconde étape incontournable : le montage de votre dossier financier.
Le dossier financier va présenter vos prévisions financières pour vos premières années d’activité et aussi vous permettre de lister toutes les charges qui vont vous incomber et ainsi déterminer le capital de départ à prévoir.
Le dossier se compose de 3 grandes parties :

  • Le plan de financement : initial et à 3 ans. Le premier permettra de répertorier l’ensemble des besoins (matériel, investissement,…) et les ressources (apports personnels, prêt bancaire,…). Le second permettra de vérifier si la structure financière se maintient et d’optimiser les résultats en conséquence.
  • Le compte de résultats prévisionnel : sur une période de 3 ans, il va permettre de vérifier que les recettes suffissent à couvrir les charges (loyer, EDF, achat de marchandises, comptable, marketing…). Il contiendra aussi l’évaluation et la progression du chiffre d’affaires année par année.
  • Le plan de trésorerie : va permettre de mettre en évidence l’équilibre entre encaissement et décaissement (est-ce que les recettes encaissées permettent de faire face aux dépenses engagées ?)

La combinaison de l’étude de marché et du dossier de financement vous permettra d’obtenir le business plan de votre entreprise.

Choisissez le statut

Il existe plusieurs formes juridiques mais seulement 5 sont les plus répandues :

  • Sans associé(s) : l’EI (Entreprise Individuelle), l’EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée), l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée)
  • Avec un ou plusieurs associés : la SARL (Société Anonyme à Responsabilité Limitée), la SA (Société Anonyme)

Le statut juridique est un sujet épineux, délicat et à ne surtout pas prendre à la légère. En effet, suivant le statut choisi, vos propres biens personnels (maison, revenus, voiture…) peuvent être engagés si votre entreprise connaît des difficultés de trésorerie.
Il est donc très fortement conseillé de prendre rendez-vous auprès des professionnels du métier comme un avocat. Ce dernier saura parfaitement vous guider et surtout vous expliquer quelles sont les conséquences de tel ou tel choix.

Créez juridiquement votre entreprise

Une fois votre projet finalisé d’un point de vue commercial, financier et juridique, vous pouvez vous lancer dans les formalités administratives pour créer votre entreprise.

Une partie des démarches (déclaration de votre activité et demande d’immatriculation) devront être accomplies auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises). Nul besoin de se déplacer, vous pouvez maintenant effectuer ces démarches par internet. En retour, vous recevrez votre extrait de K-bis prouvant l’existence de votre entreprise.

D’autres formalités seront également à faire : rédaction et dépôt des statuts, validation du nom commercial, souscription à une assurance, adhésion à une caisse de retraite de salariés…

Trouvez des aides

En France, il existe un important réseau d’aides et de conseils pour les futurs chefs d’entreprise (conseils, accompagnement, ressources financières…) : alors utilisez-les !

  • Pôle Emploi : plusieurs prestations existent – accessibles uniquement aux demandeurs d’emploi.
  • Dispositif NACRE : dispositif gouvernemental qui offre un accompagnement pour la création d’entreprise.
  • APCE : intervient dans le processus d’aide à la création et au développement des entreprises.
  • CCI : (Chambres de Commerce et d’Industrie) vous aident à élaborer votre projet, vous orientent dans vos démarches et identifient les sources de financement adaptées à vos besoins…
  • CMA : (Chambre des Métiers et de l’Artisanat). Les conseillers proposent un accompagnement dans le montage et la mise en œuvre de votre projet.

Ce sont là les principales sources d’aide mais vous pouvez en trouver d’autres : DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), les boutiques de gestion, le CJD (Club des Jeunes Dirigeants)…

Un seul conseil : osez demander de l’aide et n’hésitez surtout pas à rencontrer plusieurs organismes ! N’hésitez pas non plus à échanger avec d’autres créateurs d’entreprises via les divers salons qui sont organisés ou les réseaux sociaux existants.